Monsieur le président, ne pensez-vous pas qu'en lançant l'idée du pacte de "responsabilité", vous envoyez un message teinté de méfiance au sujet de l'entreprise ? Est-il vraiment souhaitable, en contrepartie de quelques allégements qui devront par ailleurs être financés par d'autres moyens, de renforcer la distance qu'on constate chez une partie de la jeunesse pour les patrons ?

Les employeurs de ce pays sont déjà responsables de tout, voire du reste : responsables des créations de postes, des suppressions aussi, du reclassement des salariés licenciés, et de la revitalisation du bassin d'emploi lorsqu'il ne s'agit pas de chercher un repreneur.

Responsables du paiement du salaire, des charges sociales et des taxes et contributions associées. Et depuis peu responsable d'offrir une complémentaire santé à tous leurs salariés.

Responsables de la santé des salariés, des dommages et même de l'anxiété que l'activité professionnelle leur causent.

Responsables de leur formation, de leur adaptation, de l'égalité entre les hommes et les femmes, entre les jeunes et les vieux, entre les salariés protégés et les non-protégés, les hétérosexuels et les homosexuels, les Cdd et les cdi, les temps plein et les temps partiels...

On pourrait continuer la liste : responsable du bon déroulement des élections professionnelles, responsable de la vérification des titres de séjours et des autorisations de travail des travailleurs étrangers, responsable de la prévention des risques psychosociaux...

Il y a déjà un pacte de responsabilité, c'est le code du travail. Un code décrié, car il est facile de critiquer la norme de nos jours puisque à peine publiée, on cherche à la remplacer sans prendre le temps de l'expliquer, de la comprendre, de l'appliquer et de l'adapter si nécessaire.

Faisons un pacte, celui du contrôle, de la mesure et du résultat. Que le législateur et l'exécutif assument enfin de ne rien faire, pour contrôler avec intelligence, mesurer, distinguer ceux qui réussissent et les encourager sans pénaliser les autres. En responsabilité !

 

Par Godey - BRL Associés

Source