Accueil » Droit du Travail Salarié » Embauche, Contrat de Travail » CDI - Contrat de Travail » Période d'essai : comprendre sa durée & sa rupture » Actualités

Article avocat Période d'essai : comprendre sa durée & sa rupture

Les RTT allongent la période d’essai

Par , Avocat - Modifié le 26-09-2019

La période d'essai est prolongée du temps d'absence du salarié, tel que celui résultant de la prise de jours de récupération du temps de travail (RTT) (Cass. Soc.11.09.2019 : n°17-21976).


I. La période d’essai : définition

En application de l’article L 1221-20 du code du travail, la période d’essai permet à l’employeur d’évaluer les compétences du salarié dans son travail, notamment au regard de son expérience.

Elle permet également au salarié d’apprécier si les fonctions occupées lui conviennent.

La période d’essai ne se présume pas. Ceci signifie qu’elle doit être expressément prévue par la lettre d’engagement ou le contrat de travail (c. trav. art. L. 1221-23).

A défaut, elle n’existe pas et le contrat de travail est conclu sans période d’essai. Ni l’employeur, ni le salarié ne pourront s’en prévaloir.

 

II. La durée de la période d’essai

1. En matière de contrat de travail à durée indéterminée

La durée maximale de la période d’essai est fixée par le code du travail en fonction des catégories de salariés (c. trav. art. L. 1221-19).

La durée des renouvellements est prévue par l’article L 1221-21 du code du travail.

Ainsi les durées des périodes d’essai sont, dans le cadre d’un contrat de travail à durée indéterminée, les suivantes :

- Ouvriers et employés

Période d’essai initiale : 2 mois

Renouvellement compris : 4 mois maximum

- Agents de maitrise et techniciens

Période d’essai initiale : 3 mois

Renouvellement compris : 6 mois maximum

- Cadres

Période d’essai initiale : 4 mois

Renouvellement compris : 8 mois maximum

 

2. En matière de contrat de travail à durée déterminée

Les durées de la période d’essai sont spécifiquement prévues par les articles L 1242-10 et L 1242-11 du code du travail :

  • 1 jour par semaine, dans la limite de 2 semaines si la durée du contrat ne dépasse pas 6 mois ;
  • 1 mois dans les autres cas.

 

III. Le décompte de la période d’essai

Pour un CDI ou un CDD, lorsque la période d’essai est indiquée en jours dans le contrat de travail, la période d’essai se décompte en jours calendaires et non en jours travaillés, sauf disposition conventionnelle ou contractuelle contraire (Cass. soc. 28 avril 2011, n° 09-40464).

Les jours calendaires sont les 7 jours de la semaine, du lundi au dimanche inclus.

Pour un CDI ou un CDD, quand la période d’essai est fixée en semaines ou en mois, la période d’essai se décompte, sauf dispositions conventionnelles ou contractuelles contraires, en semaines civiles ou en mois calendaires, peu important le nombre de jours ouvrés (Cass. soc. 28 avril 2011, n° 09-72165).

Une semaine civile est toute période de 7 jours consécutifs (Cass. soc. 10 juin 1992, n° 88-45755 ; Cass. soc. 6 juillet 1994, n° 90-43877). Il n’y a pas lieu de retrancher les jours fériés ou de repos (Cass. soc. 29 juin 2005, n° 02-45701).

Enfin, toute période d’essai qui expire normalement un samedi, un dimanche ou un jour férié ou chômé n’est pas prorogé jusqu’au premier jour ouvrable suivant (Cass. soc. 10 juin 1992, n° 88-45755).

 

IV. La prolongation de la période d’essai

La durée de la période d’essai s’entend d’une période de travail effectif puisque son but est :

  • d’une part, d’apprécier les qualités professionnelles du salarié ;
  • et, d’autre part, de vérifier que le poste et les conditions de travail conviennent à ce dernier.

Aussi, si le contrat de travail est suspendu au cours de la période d’essai, celle-ci est prolongée pour une durée équivalant à celle de cette suspension.

Les cas de suspension du contrat de travail donnant lieu à une prolongation de la période d’essai sont notamment les suivants :

  • arrêt de travail pour maladie (Cass. soc. 26 mai 1994, n° 90-45318),
  • fermeture pour congés annuels de l’entreprise à condition que le salarié cesse son activité pendant ce laps de temps (Cass. soc. 5 mars 1997, n° 94-40042 ; Cass. soc. 3 juin 1998, n° 96-40344),
  • accidents du travail,
  • congés pour événements familiaux,
  • chômage partiel,
  • congé pour examen,
  • congé sans solde (Cass. soc. 23 mai 2007, n° 06-41338).

Tous les jours calendaires inclus dans la suspension doivent être pris en compte (Cass. soc. 3 juin 1998, n° 96-40344).

Les congés payés et RTT, par principe, ont pour effet de prolonger la période d’essai (Cass. soc. 31 janvier 2018, n° 16-11598).

Dans l’arrêt commenté du 11 septembre 2019 (Cass. Soc.11.09.2019 : n°17-21976), la Cour de Cassation confirme que les jours de RTT récupération du temps de travail ont, au même titre que les congés payés, pour effet de prolonger la période d’essai.

En l’espèce, une salariée avait été engagée le 17 février 2014, en contrat de travail à durée indéterminée, qui prévoyait une période d’essai de 4 mois, renouvelable une fois.

Le 24 juin 2014, son employeur décide de renouveler la période d’essai pour 4 mois, soit jusqu'au 7 novembre 2014 au soir.

Il finit par rompre la période d’essai le 19 septembre 2014.

La salariée a alors saisi le Conseil de Prud’hommes, en demande de paiement de dommages-intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, d'une indemnité pour non-respect de la procédure de licenciement, d'une indemnité de préavis.

Elle estimait que le renouvellement de la période d’essai était survenu trop tard.

Son employeur avait pris en compte 7 jours de RTT qu’elle avait pris le 2 vendredi mai et du lundi 19 au vendredi 23 mai 2014.

Elle contestait la prise en compte des jours de RTT dans la durée de la période d’essai.

La Cour d’appel l’a déboutée de ses demandes, ce qui est confirmé par la Cour de Cassation.

En effet, selon la Haute Juridiction, la période d’essai ayant pour but de permettre l'appréciation des qualités du salarié, celle-ci est prolongée du temps d'absence du salarié, tel que celui résultant de la prise de jours de récupération du temps de travail (RTT).

La Cour de Cassation ajoute en outre qu'en l'absence de dispositions conventionnelles ou contractuelles contraires, la durée de la prolongation de l'essai ne peut être limitée aux seuls jours ouvrables inclus dans la période d’essai.

La salariée avait pris sept jours de récupération du temps de travail, dont cinq jours continus la semaine du 19 au 23 mai.

Les juges ont décidé que les samedi 24 mai et dimanche 25 mai durant lesquels la salariée n'avait pas effectivement travaillé devaient être pris en compte pour prolonger la période d'essai qui a, en conséquence, expiré le 25 juin à minuit.

Ici, le terme de la période d’essai a été prorogé de 9 jours calendaires pour 7 jours de RTT pris.

Le décompte se fait bien en jours calendaires.

Le week-end a été englobé, dans la mesure où la période d’essai est en principe exprimée en jours, semaines ou mois.

Aussi, lorsque le salarié pose une semaine complète de RTT, même si les jours de RTT sont posés sur les jours ouvrés, la Cour de Cassation a décidé d’englober la semaine calendaire entière pour le décompte de prolongation.

 

Sources :

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 11 septembre 2019 : RG n° 17-21976

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 28 avril 2011 : RG n°09-40464

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 10 juin 1992 : RG n°88-45755

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 6 juillet 1994 : RG n°90-43877

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 29 juin 2005 : RG n°02-45701

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 26 mai 1994, n° 90-45318

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 5 mars 1997, n° 94-40042

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 3 juin 1998, n° 96-40344

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 23 mai 2007, n° 06-41338

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 31 janvier 2018, n° 16-11598

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 3 juin 1998, n° 96-40344

 

Par Maitre Virginie LANGLET

Avocat au Barreau de Paris

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Virginie Langlet

Maître Virginie Langlet

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par notre équipe de juristes et d'avocats, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés