Droits de l'Homme / CEDH

Rétention d'une mère et de son bébé : la France condamnée par la CEDH


Par Patrick LINGIBE, Avocat - Modifié le 30-07-2021 - Blog : Blog Maitre Patrick LINGIBE

Rétention d'une mère et de son bébé : la France condamnée par la CEDH
La Cour européenne des droits de l'Homme condamne la France pour avoir placé en rétention pendant onze jours une jeune Malienne et sa fille de quatre mois, en violation de trois articles de la Convention.
Après avoir fui son pays au motif allégué qu’elle risquerait d’y subir des mutilations génitales et d’y être mariée de force, une ressortissante malienne est arrivée en France via l’Italie.
Le tribunal administratif d’Orléans a rejeté sa demande d’annulation pour excès de pouvoir de l'arrêté préfectoral ayant porté transfert de responsabilité de l'examen de sa demande d'asile aux autorités italiennes.
Quatre mois après avoir donné naissance à une fille, la requérante a été placée en centre de rétention administrative. Dans un arrêt rendu le 22 juillet 2021 (requête n° 57035/18), la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) estime que compte tenu du très jeune âge de l’enfant, des conditions d’accueil dans le centre de rétention et de la durée du placement en rétention (onze jours), les autorités compétentes ont soumis l’enfant ainsi que sa mère à un traitement qui a dépassé le seuil de gravité requis par l’article 3 (interdiction des traitements inhumains et dégradants) de la Convention EDH.
S'agissant des paragraphes 1 (droit à la liberté et à la sûreté) et 4 (droit de faire statuer à bref délai sur la légalité) de l’article 5 de la Convention, s'il ne lui appartient pas en principe de substituer son appréciation à celle des autorités nationales, la CEDH considère, compte tenu des circonstances de l’espèce, qu’elle dispose d’éléments suffisants pour estimer que les autorités internes n’ont pas effectivement vérifié, ainsi que le prévoit le régime juridique désormais applicable en France, que le placement initial en rétention administrative de la mère accompagnée de son enfant mineur, puis la prolongation de cette rétention, constituaient des mesures de dernier ressort auxquelles aucune autre mesure moins restrictive ne pouvait être substituée.
La Cour relève enfin qu'il appartenait aux juridictions internes de s’assurer effectivement de la légalité du placement initial puis du maintien en rétention de l’enfant mineur en recherchant si une autre mesure, moins restrictive, telle l’assignation à résidence dont les requérantes avaient auparavant fait l’objet, était envisageable. La requérante mineure n’a donc pas bénéficié d’un contrôle juridictionnel portant sur l’ensemble des conditions auxquelles est subordonnée la régularité de la rétention au regard de l’article 5 § 1 de la Convention.
Source

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail