Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT » CHSCT : Hygiène, Sécurité & Conditions de Travail » Actualités

Article avocat CHSCT : Hygiène, Sécurité & Conditions de Travail

Les salariés « lanceurs d’alertes » sont-ils protégés ?

Par , Avocat - Modifié le 22-09-2016

Les lanceurs d’alertes sont un ou plusieurs citoyens qui interpellent les pouvoirs publics et/ou les médias pour signaler un danger ou un risque.

Récemment, le scandale des « Panama Papers » a, ainsi, révélé l’existence d’un vaste réseau de Sociétés-écrans utilisées à des fins d’évasion fiscale et de blanchiment d’argent.

Pour la première fois, dans un récent Arrêt rendu le 30 juin 2016, la Cour de Cassation a considéré que les lanceurs d’alerte de « bonne foi » exercent une liberté publique celle de la liberté d’expression.

A ce titre, ces derniers doivent être protégés par la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales (Article 10).

En l’espèce, dans cette affaire, une Association guadeloupéenne, gérant avec des fonds publics une activité de centre de santé et de structure sanitaire, recrute un Directeur Administratif et Financier en 2009.

Ce dernier a été licencié le 29 mars 2011 pour faute lourde après avoir dénoncé au Procureur de la République le paiement de rémunération et la conclusion d’un contrat de travail au bénéfice du Directeur du centre de santé. 

Le Directeur du centre de santé cumulait sa fonction de salarié avec celle de membre du Conseil d’Administration et les décisions prises semblaient tout à fait discutable.

Le salarié a saisi la Juridiction prud’homale en nullité de son licenciement et en paiement de diverses sommes à titre d’indemnités et de rappels de salaire. 
La Cour d’Appel avait considéré que le licenciement était, certes, abusif puisque les faits dénoncés pouvaient être qualifiés de détournement de fonds publics ou d’escroquerie mais qu’il ne pouvait pas être nul, en l’absence de textes.

La Haute-Cour n’est pas du même avis puisqu’elle considère que lorsque des lanceurs d’alerte signalent de « bonne foi » au Procureur de la République des faits « pouvant être qualifiés de délictueux » et « constatés sur le lieu de travail » alors toute mesure (licenciement par exemple) prise à l’encontre d’un salarié « lanceur d’alerte » est nulle.

Cette dernière va plus loin en indiquant, dans sa note explicative, qu’une telle protection est, également, accordée lorsque la dénonciation s’adresse à des tiers (tels que les médias ou via les réseaux sociaux par exemple).


Par Maître Olivier d'ARDALHON DE MIRAMON

Avocat au barreau de Toulouse

 

Source :

Cour de Cassation, Chambre sociale, 30 juin 2016, n°15-10.557

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Publicité

Maître Olivier D'ardalhon De Miramon

Maître Olivier D'ardalhon De Miramon

Avocat au Barreau de TOULOUSE

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial

Me contacter

Edition abonné

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.