L'employeur ne peut pas, de se propre chef, diminuer la durée du temps de travail fixé contractuellement avec le salarié sans maintien de salaire.

S'il le fait sans l'accord du salarié, le salarié peut prendre acte de la rupture aux torts de l'employeur.

En pratique, l'employeur qui souhaite modifier le contrat de travail de son salarié doit donc obtenir son accord préalable.

En cas de refus du salarié, l'employeur ne commet pas de faute, si il ne met pas en oeuvre la modification.

La Cour de Cassation précise en effet que lorsque la modification du contrat de travail proposée par l'employeur et refusée par la salariée n'a pas été mise en oeuvre, la prise d'acte de la rupture intervenue sur ce motif équivaut à une démission du salarié. (Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 16 mai 2012, N° de pourvoi: 10-21160)

contact: [email protected] - 83 avenue FOCH 75116 Paris - tél 0144051996
Source