Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des affaires » Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité » Créer une Entreprise » Conclure un bail commercial » Bail Commercial » Actualités

Article avocat Bail Commercial

La résiliation d'un bail commercial après ouverture d'un redressement judiciaire

Par , Avocat - Modifié le 23-11-2017

Le bailleur ne supporte aucune disposition légale lui imposant de notifier au mandataire judiciaire un commandement de payer visant les loyers échus après le jugement d'ouverture du redressement judiciaire du preneur.

 

En l'espèce, le mandataire judiciaire invoque un moyen fondé sur la prétendue violation des articles L 145-41 et L 622-20 du code de commerce. (Selon cet article, « le bailleur qui entend faire constater l'acquisition de la clause résolutoire d'un bail commercial pour non paiement des loyers échus après le jugement d'ouverture d'une procédure de redressement judiciaire doit notifier le commandement de payer au mandataire judiciaire »).

 

La cour de cassation rejette ce raisonnement. Il doit être relevé que jusqu'à cet arrêt, toutes les décisions de la chambre commercial relatives à la résiliation d'un bail commercial après le jugement d'ouverture s'étaient prononcées en faveur du cumul des dispositions protectrices du livre VI du code de commerce, propres à la résiliation du bail d'un immeuble affecté à l'activité de l'entreprise en cas de procédure collective de celle-ci et des dispositions protectrices découlant du statut des baux commerciaux, et notamment de l'article L 145-41 du code de commerce.

 

Ainsi, la chambre commerciale a jugé que le bailleur était soumis à l'exigence de délivrance préalable d'un commandement de payer, et que le locataire pouvait bénéficier d'un délai de grâce.

 

Concernant le commandement de payer, la cour précise simplement que le commandement peut parfaitement être signifié au débiteur et qu'il n'a donc pas à être signifié au mandataire judiciaire.

 

Source:
Com 15 novembre 2017, N°16-13219

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître CAROLINE YADAN

Maître CAROLINE YADAN

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit de la Santé
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.