Si l’on parle généralement, du point de vue fiscal, des gains des joueurs de poker, on évoque moins souvent leurs pertes.

Actuellement, l’administration fiscale s’intéresse en effet de plus en plus aux joueurs de poker et tout particulièrement à ceux qui sont médiatisés sur internet. Elle voudrait les taxer en tant que professionnels et non en tant qu’amateurs exerçant un loisir, même si celui-ci est susceptible de générer des gains non négligeables.

Ce point n’a pas été clairement tranché et l’on peut s’attendre à un réel débat entre le fisc et les joueurs de poker, notamment les plus médiatisés, à propos de ce statut de professionnel.

Notre recommandation, pour tous les joueurs amateurs’ obtenant des revenus de ce hobby, est de conserver toutes les preuves de leur vie professionnelle en dehors du jeu, de leur emploi du temps et de leurs revenus professionnels. Le but ici est, notamment en cas de contrôle fiscal, de pouvoir mettre en balance une éventuelle activité professionnelle régulière et le temps marginalement consacré au poker.

Lorsque vous misez, gardez, dans la mesure du possible, toutes traces de paiement et de financement de vos parties. Tenez une comptabilité de vos parties, indiquant non seulement vos gains, mais aussi vos investissements et vos pertes. On peut en effet s’attendre à un bras de fer avec l’administration et si une imposition se trouve finalement validée, le fait de pouvoir présenter cette comptabilité devrait pouvoir diminuer le risque encouru.

Et en tout cas, soyez vigilants et si l’on tente de vous qualifier de joueur professionnel, contestez aussi cette étiquette.

Par Me Frédéric Naïm

avocat fiscaliste Paris 16ème

Spécialiste en droit fiscal, contrôle fiscal, redressement fiscal