Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Temps de travail » Organiser le temps de travail et les repos » Décompter le temps de travail » Décompter le temps de travail et les heures supplémentaires » Actualités

Article avocat Décompter le temps de travail et les heures supplémentaires

La géolocalisation des véhicules des salariés

Par , Avocat - Modifié le 29-01-2019

L'utilisation d'un système de géolocalisation pour assurer le contrôle de la durée du travail n'est licite que lorsque ce contrôle ne peut pas être fait par un autre moyen (Cass. Soc. 19 décembre 2018 : n°17-14631).

I - La géolocalisation par l’employeur des véhicules de ses salariés

Certaines entreprises utilisent le système de géolocalisation des salariés.

Ce dispositif leur permet de prendre connaissance de la position géographique, à un instant donné ou en continu, des salariés par la localisation d’objets dont ils ont l’usage (ex. : badge, téléphone mobile) ou des véhicules qui leur sont confiés.

Ainsi, ce dispositif peut être installés dans des véhicules utilisés par des salariés pour :

  • suivre, justifier et facturer une prestation de transport de personnes, de marchandises ou de services directement liée à l’utilisation du véhicule ;
  • assurer la sécurité du salarié, des marchandises ou des véhicules dont il a la charge, et notamment retrouver le véhicule en cas de vol (de préférence avec un dispositif inerte activable à distance à compter du signalement du vol) ;
  • mieux allouer des moyens pour des prestations à accomplir en des lieux dispersés, notamment pour des interventions d’urgence (ex. : technicien ascensoriste ambulancier) ;
  • en cas d'obligation légale ou réglementaire imposant la mise en œuvre d’un dispositif de géolocalisation en raison du type de transport ou de la nature des biens transportés ;
  • accessoirement, suivre le temps de travail, lorsque cela ne peut être réalisé par un autre moyen et que le salarié n’est pas libre de l’organisation de son travail (Cass. soc. 3 novembre 2011, n° 10-18036 ; Cass. soc. 18 janvier 2018, n° 16-20618) ;
  • contrôler le respect des règles d’utilisation du véhicule.

II - Les limites du dispositif de géolocalisation des salariés

Ce dispositif comporte des limites, qui sont rappelés dans l’arrêt du 19 décembre 2018(Cass. Soc. 19 décembre 2018 : n°17-14631).

Le principe le plus essentiel est celui rappelé par l’article L 1121-1 du code du travail : nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché.

Ainsi, la géolocalisation doit être justifiée par la nature de la tâche à accomplir et proportionnée au but recherché.

Dans l’arrêt précité, les salariés avaient contesté la mise en place et l'exploitation du système de géolocalisation, qui enregistre la localisation des distributeurs toutes les dix secondes au moyen d'un boîtier mobile que les salariés en charge de la distribution de prospectus de publicité portent sur eux lors de leur tournée et qu'ils activent eux-mêmes.

Ils estimaient que ce dispositif était illicite.

Ils estimaient que cette géolocalisation n'est pas justifiée lorsque le salarié dispose d'une liberté dans l'organisation de son travail, ce qui est leur cas en l’espèce.

Ils estimaient également que l’employeur aurait pu recourir à l’auto-déclaration des heures de travail par les salariés eux-mêmes, ou bien encore à l’utilisation d’une pointeuse mobile.

Pour l’employeur, le dispositif de géolocalisation avait pour objectif de calculer plus précisément le temps de travail réel accompli par ses salariés.

En l’espèce, la Haute Juridiction a considéré que l’utilisation du système de géolocalisation pour assurer le contrôle de la durée du travail n’est licite que lorsque ce contrôle ne peut pas être fait par un autre moyen, et que son utilisation n’est pas justifiée lorsque le salarié dispose d’une liberté dans l’organisation de son travail.

La Cour de Cassation confirme sa jurisprudence habituelle.

 

 

Sources :

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 19 décembre 2018 : RG n° 17-14631

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 3 novembre 2011 : RG n° 10-18036

Cour de cassation, chambre sociale, arrêt du 18 janvier 2018 : RG, n° 16-20618

 

Par Maitre Virginie LANGLET

Avocat au Barreau de Paris

 

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Virginie Langlet

Maître Virginie Langlet

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par notre équipe de juristes et d'avocats, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés