Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Gérer la rupture du contrat » Gérer la Démission du Salarié » L'essentiel sur la Démission » Actualités

Article avocat L'essentiel sur la Démission

La démission d'un salarié victime de harcèlement moral

Par , Avocat - Modifié le 09-10-2015

Des faits de harcèlement commis à une période antérieure à la démission du salarié et ayant engagé la responsabilité de son employeur en raison du manquement à son obligation de sécurité ne sont pas nécessairement de nature à rendre équivoque la décision du salarié.

Un salarié qui avait subi des faits de harcèlement moral 6 mois auparavant, a démissionné.

Par la suite, celui-ci a saisi la juridiction prud'homal  afin d'obtenir la requalification de cette rupture  (démission) en licenciement dépourvu de cause réelle et sérieuse et par voie de conséquence, la condamnation de son employeur à lui verser diverses sommes au titre de la rupture ainsi qu'en indemnisation du préjudice subi du fait du harcèlement moral.

La question était donc de savoir si dans le cadre de sa démission, le salarié avait manifesté de façon claire et non équivoque sa volonté de mettre fin à son contrat de travail. En effet, celui-ci remettait en cause sa démission en raison du harcèlement moral dont il avait été victime 6 mois auparavant.

La Cour de Cassation a considéré ladite démission comme non équivoque aux motifs suivants:

- les termes de la lettre de démission ne comportait aucune réserve,
- les faits de harcèlement s'étaient produits plus de six mois avant la rupture,
- l'employeur y avait rapidement mis fin.

Ainsi, la Haute Cour a rejeté le pourvoi du salarié visant à obtenir la requalification de sa démission en licenciement sans cause réelle et sérieuse. Néanmoins, elle a confirmé la condamnation de l'employeur à verser des dommages et intérêts au salarié au titre du harcèlement moral subi.

Par Me Nathalia Garcia-Petrich

Avocat au Barreau de Paris

Source : Cour de cassation,chambre sociale, 19 novembre 2014 , N° de pourvoi: n°13-17729

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Nathalia Garcia-petrich

Maître Nathalia Garcia-petrich

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit Pénal

Me contacter

Publicité

Edition abonné

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés