La désignation des membres d’une CSSCT, que sa mise en place soit obligatoire ou conventionnelle, résulte d’un vote des membres du CSE à la majorité des voix des membres présents lors du vote.

Il a été convenu de la création conventionnelle d’une commission santé sécurité et conditions de travail (CSSCT) composée de quatre membres entre la société S. et trois syndicats, dans le cadre de l’accord relatif à la mise en place du comité social et économique (CSE) au sein de la société. Cependant, un syndicat a contesté la désignation des membres devant le tribunal d’instance par requête du 18 décembre 2018.

Par jugement en date du 14 mars 2019, le tribunal d’instance de Bordeaux a déclaré la requête non fondée. Elle a relevé que conformément aux dispositions légales, l’accord sur la création d’une CSSCT au sein du CSE de la société S. prévoyait que les membres de la commission soient désignés par le CSE parmi ses membres titulaires ou suppléants, par une résolution adoptée à la majorité des membres présents. Ainsi, le tribunal a décidé que la désignation ne nécessitait pas une résolution préalable du CSE fixant les modalités de l’élection.
Dans un arrêt du 27 novembre 2019, la Cour de cassation rejette le pourvoi et valide la décision du tribunal d’instance de Bordeaux. Elle rappelle qu’en vertu de l’article L. 2315-39 du code du travail, "les membres de la CSSCT sont désignés par le comité social et économique parmi ses membres, par une résolution adoptée selon les modalités définies à l'article L. 2315-32, pour une durée qui prend fin avec celle du mandat des membres élus du comité". Elle ajoute que selon les dispositions de l’article L. 2315-32, alinéa 1 du code du travail, "les résolutions du comité social et économique sont prises à la majorité des membres présents". Ainsi, la désignation des membres d’une CSST, que sa mise place soit obligatoire ou conventionnelle, résulte d’un vote des membres du CSE à la majorité des voix des membres présents lors du vote.