Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit de la Famille - Divorce » Divorce & séparation » Conséquences Patrimoniales » Actualités

Article avocat Conséquences Patrimoniales

Extension de compétence du juge aux affaires familiales pour une action en partage d'un bien immobilier

Par , Avocat - Modifié le 07-05-2020

Pour des raisons de proximité et en raison du principe d'effectivité, il convient de retenir la compétence internationale du tribunal judiciaire du lieu de situation de l'immeuble.

Une société saisit le juge aux affaires familiales du tribunal de grande instance de Paris pour obtenir l'exécution d'une sentence arbitrale, afin de provoquer le partage judiciaire d'un bien immobilier. Ce dernier est la propriété indivise d'un couple mariés sous le régime de la séparation de biens. Le juge constate l'incompétence des juridictions françaises au profit de celles algériennes.


Le 7 octobre 2015, la cour d'appel de Paris infirme cette décision et déclare compétent le tribunal de grande instance de Nanterre. Le 1er juin 2017, la Cour de cassation casse l'arrêt en statuant sur la compétence matérielle. La compétence spéciale du juge des affaires familiales pour connaître de la liquidation et du partage des intérêts patrimoniaux des époux n'est pas subordonnée à la séparation des époux. Par conséquent, l'action par laquelle le créancier personnel d'un indivisaire provoque le partage d'une indivision doit être portée devant le juge compétent pour connaître de l'action de ce débiteur. Le juge compétent est donc celui de résidence de l'époux en application de l'article 1070 du code de procédure civile. Ainsi, la cour d'appel de Paris statuant sur renvoi constate la résidence des époux en Algérie et constate la compétence des juridictions algériennes pour l'action en partage.


La société se pourvoit en cassation, au regard de l'article 815-17 du code civil. L'extension à l'ordre international des critères de compétence territoriale du juge aux affiares familiales, fondés sur la résidence de la famille ou de l'un des parents ou époux n'est pas adaptée aux nécessités particulières des relations internationales, pour des raisons pratiques de proximité et en raison du principe d'effectivité. Il convient alors de retenir que le critère de compétence territoriale devrait être celui du lieu de situation de ce bien.


Le 4 mars 2020, la Cour de cassation casse l'arrêt, sans renvoyer l'affaire et en arrêtant la compétence internationale du tribunal judiciaire de Nanterre, lieu de situation de l'immeuble litigieux.

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Patrick LINGIBE

Maître Patrick LINGIBE

Avocat au Barreau de CAYENNE

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Propriété intellectuelle, web & NTIC
  • - Fiscalité de l'Entreprise
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit des étrangers : en France et à l'étranger
  • - Droit Pénal
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit Public
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit de la Santé
  • - Droit Bancaire
  • - Droit de l'Environnement
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.