Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit de la Santé » Droit Pharmaceutique » Actualités

Article avocat Droit Pharmaceutique

Vitamine C : médicament ou complément alimentaire?

Par , Avocat - Modifié le 04-02-2014

La vente de vitamine C sous la forme Juvamine 1 000 mg ressort de la compétence exclusive du pharmacien.

La chambre criminelle de la Cour de cassation vient de rendre plusieurs décisions sur la distinction entre médicaments et compléments alimentaires.

Le Conseil national de l’ordre des pharmaciens reprochait à des magasins de sport de commercialiser des produits de la marque Juvamine contenant de la vitamine C 1000 mg.

Les vendeurs incriminés prétendaient quant à eux qu’il ne s’agissait que de compléments alimentaires.

La distinction n’est pas sans conséquence puisque seuls les pharmaciens peuvent vendre des médicaments destinés à l’usage de la médecine humaine.

Il convient de rappeler que le Code de la santé publique définit un médicament comme étant « toute
substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l'égard des maladies humaines ou utilisée en vue d'établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions physiologiques en exerçant une action pharmacologique, immunologique ou métabolique».

Le juge civil confirme l’arrêt des juges du fond qui avaient condamné les vendeurs du chef d’exercice illégal de la pharmacie pour avoir vendu de la vitamine C sous la marque Juvamine 1000 mg (Cass. crim., 21 janvier 2014, n°13-80112).

En outre, il consacre le rôle essentiel de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) qui, eu égard « aux moyens d'investigation scientifique et de l'autorité que lui confère son statut », procure à ses avis un caractère quasi conforme (Cass. crim., 21 janvier 2014, n°12-87377).


En conséquence, il ne peut être reproché à un vendeur de commercialiser des produits que l’ANSM n’aurait pas reconnu comme étant des médicaments.


Par Me Collart

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Guillaume COLLART

Maître Guillaume COLLART

Avocat au Barreau de LEMANS

  • Droit Public
  • - Droit de la Santé

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés