Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Gérer la rupture du contrat » Gérer la prise d'acte du salarié » Actualités

Article avocat Gérer la prise d'acte du salarié

Prise d'acte de la rupture et absence de mission

Par , Avocat - Modifié le 13-05-2016

L‘employeur a l’obligation de fournir travail et salaire à son salarié.

A défaut, il s’expose à une prise d’acte de la rupture du contrat de travail à ses torts exclusifs.

Le fait que le salarié ait refusé une modification de son contrat de travail ou une mission n’exonère nullement l’employeur de ses obligations.

La Cour de Cassation vient de rappeler cette solution dans un arrêt récent. 

Le salarié avait été engagé le 7 février 2005 par la société Eric Soccer (la société) en qualité de directeur du développement en charge des filiales,  et avait exercé des mandats sociaux au sein de la société Olympique de Marseille, filiale de la société.

En cours d’exécution du contrat de travail, la société Eric Soccer avait exigé que  son directeur du développement, chargé des relations avec les filiales du groupe, accepte son détachement au sein du groupe Olympique de Marseille en qualité de directeur financier.

Ce dernier a refusé cette modification de son contrat de travail

Par suite, son employeur lui a retiré toute mission et a suspendu le paiement de son salaire.

Le salarié a alors pris acte de la rupture aux torts de l’employeur et a saisi le conseil de prud’hommes aux fins de voir requalifier cette rupture en licenciement sans cause réelle et sérieuse.

La Cour de Cassation a donné raison au salarié en ces termes :

« qu’après avoir relevé que l’employeur avait sanctionné le refus du salarié d’accepter une modification de son contrat de travail consistant en un détachement en qualité de directeur financier au sein du groupe auquel appartenait la société, et cessé de lui fournir du travail et de lui payer son salaire, la cour d’appel a pu déduire de ses constations que ces manquements de l’employeur étaient d’une gravité suffisante pour empêcher la poursuite du contrat de travail ; que le moyen n’est pas fondé «

Par Carole VERCHEYRE-GRARD
Avocat au barreau de Paris
Source :
Cour de cassation, civile, Chambre sociale, 15 avril 2016, 15-11.041, Inédit

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Carole VERCHEYRE-GRARD

Maître Carole VERCHEYRE-GRARD

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.