L'intérêt de la reconnaissance de la faute inexcusable de l'employeur est d'obtenir une majoration de rente et une indemnisation complémentaire versées par la caisse et récupérées par celle-ci auprès de l'employeur. La victime (ou ses ayants droit) doit prouver que l'employeur avait conscience ou aurait dû avoir conscience du danger encouru par le salarié, et qu'il n'a pas pris les précautions nécessaires pour les protéger. L’autorité de la chose jugée au pénal s’impose au juge civil (tribunal des affaires de sécurité sociale) saisi de la reconnaissance et de l’indemnisation de la faute inexcusable de l’employeur.

Le 11 octobre 2018, la cour de cassation a jugé comme suit : un salarié est victime d’un accident mortel du travail. L’employeur a été reconnu coupable du délit d’homicide involontaire sur la personne du salarié. Dès lors, l’employeur ne pouvait plus soutenir utilement devant la juridiction civile qu’il n’avait pas ou ne pouvait pas avoir conscience du danger auquel le salarié était exposé, ni qu’il avait pris les mesures destinées à l’en préserver.

Source

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail