Le Code du Travail prévoit la possibilité pour chacune des parties de rompre la période d’essai sans obligation d’ordre procédural.

Cela signifie que le contrat de travail à l’essai peut être rompu à tout moment, à tel point que le droit de résiliation discrétionnaire et reconnu à chacune des parties pendant la période d’essai peut être exercé dès le premier jour de cette période.

Dès lors, si vous décidez de partir immédiatement après avoir rompu votre période d’essai, vous n’encourez aucune sanction.

Cependant, il faut préciser que certaines conventions collectives prévoient le respect d’un préavis avant de quitter la société.

Néanmoins, ce préavis s’impose surtout pour l’employeur.

Rares sont les dirigeants de sociétés qui engagent une action à l’encontre d’un salarié qui a rompu sa période d’essai, sans respecter le préavis conventionnel, et pour cause puisqu’il appartiendra alors à l’employeur demandeur à l’instance de démontrer un préjudice lié à la rupture du contrat de travail.

C’est loin d’être acquis.