La liberté de se vêtir à sa guise n'entre pas dans la catégorie des libertés fondamentales et l'employeur peut tout à fait estimer qu'une tenue vestimentaire est incompatible avec les fonctions et conditions de travail.

La violation du principe de laïcité instauré par l'article 1er de la Constitution permet-il de restreindre la liberté de se vêtir du salarié en refusant par exemple le port du voile ou de signes religieux ?

La Cour de Cassation répond par la négative pour les salariés des employeurs de droit privé tant qu'ils n'assurent pas une mission de service public.

La haute juridiction pour expliquer la distinction a rendu deux décisions. Dans la première, elle tranche la situation qui avait été très médiatisée de la salariée éducatrice jeunes enfants de la crèche Baby Lou qui avait été licenciée pour avoir refuser d'ôter son voile. ( Arrêt n° 536 du 19 mars 2013 (11-28.845 - Cour de cassation - Chambre sociale - ) .

Pour mémoire, le règlement intérieur de la crêche interdisait le port du voile. Il prévoyait une stipulation spécifique précisant que dans l'exercice du travail, le salarié devait respecter et garder la neutralité d'opinions politiques et confessionnelles au regard du public accueilli telle que mentionnée dans les statuts de l'association.

La Cour de Cassation considère que le licenciement de la salariée voilée est sans cause réelle et sérieuse car fondé sur un motif discriminatoire.

Voici l'attendu : 'le règlement intérieur de l'association Baby Loup prévoit que "le principe de la liberté de conscience et de religion de chacun des membres du personnel ne peut faire obstacle au respect des principes de laïcité et de neutralité qui s'appliquent dans l'exercice de l'ensemble des activités développées par Baby Loup, tant dans les locaux de la crèche ou ses annexes qu'en accompagnement extérieur des enfants confiés à la crèche", ce dont il se déduisait que la clause du règlement intérieur, instaurant une restriction générale et imprécise, ne répondait pas aux exigences de l'article L. 1321-3 du code du travail et que le licenciement, prononcé pour un motif discriminatoire, était nul, sans qu'il y ait lieu d'examiner les autres griefs visés à la lettre de licenciement.' Elle retient donc que dans le secteur privé sans mission de service public, il n'est pas possible d'invoquer le principe de laïcité pour limiter la liberté de se vêtir du salarié.

Dans la seconde décision , elle a validé le règlement intérieur de la caisse primaire d'assurance maladie qui limitait la liberté de se vêtir au respect du principe de laïcité.

Elle souligne q ue la restriction était nécessaire à la mise en oeuvre du principe de laïcité afin d' assurer aux yeux des usagers la neutralité du service public. ((Arrêt n° 537 du 19 mars 2013 (12-11.690) - Cour de cassation - Chambre sociale ).

Il importait peu que la salariée travaille pour une personne morale de droit privé car cette dernière participait à une mission de service public.

Voici la motivation : ' Mais attendu que la cour d'appel a retenu exactement que les principes de neutralité et de laïcité du service public sont applicables à l'ensemble des services publics, y compris lorsque ceux-ci sont assurés par des organismes de droit privé et que, si les dispositions du code du travail ont vocation à s'appliquer aux agents des caisses primaires d'assurance maladie, ces derniers sont toutefois soumis à des contraintes spécifiques résultant du fait qu'ils participent à une mission de service public, lesquelles leur interdisent notamment de manifester leurs croyances religieuses par des signes extérieurs, en particulier vestimentaires ;

Et attendu qu'ayant retenu que la salariée exerce ses fonctions dans un service public en raison de la nature de l'activité exercée par la caisse, qui consiste notamment à délivrer des prestations maladie aux assurés sociaux de la Seine-Saint-Denis, qu'elle travaille en particulier comme "technicienne de prestations maladie » dans un centre accueillant en moyenne six cent cinquante usagers par jour, peu important que la salariée soit ou non directement en contact avec le public, la cour d'appel a pu en déduire que la restriction instaurée par le règlement intérieur de la caisse était nécessaire à la mise en oeuvre du principe de laïcité de nature à assurer aux yeux des usagers la neutralité du service public ."

 

Par Me Vercheyre-Grard

 

contact: [email protected]

83 avenue FOCH

75116 Paris

tél 0144051996

Source

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail