Maladie professionnelle : demander sa reconnaissance

Le préjudice d’anxiété et la responsabilité de l’employeur au titre de son obligation de sécurité


Par Gaétan Dmytrow, Avocat - Modifié le 08-10-2019 - Blog : Blog Maitre Gaétan Dmytrow

La chambre sociale de la Cour de cassation élargit, après l’amiante, par trois arrêts rendus le 11 septembre 2019 au bénéfice de salariés mineurs de fond, la réparation du préjudice d’anxiété à toutes substances nocives ou toxiques générant un risque élevé de développer une pathologie grave.

La chambre sociale de la Cour de cassation fait un pas de plus et élargit, après l’amiante, par trois arrêts rendus le 11 septembre 2019 au bénéfice de salariés mineurs de fond, la réparation du préjudice d’anxiété à toutes substances nocives ou toxiques générant un risque élevé de développer une pathologie grave.

Pour mémoire, le préjudice d’anxiété permet l’indemnisation de personnes qui ne sont pas malades, mais s’inquiètent de le devenir.

Tout salarié exposé à une substance nocive ou toxique peut désormais demander, du moins en principe, réparation à son employeur du fait des manquements de ce dernier à son obligation de sécurité.

Pour ce faire, la Cour de cassation vise les « règles de droit commun régissant l’obligation de sécurité de l’employeur »  à savoir les articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du Code du travail.

Selon la Cour de cassation, tout « salarié qui justifie d’une exposition à une substance nocive ou toxique générant un risque élevé de développer une pathologie grave et d’un préjudice d’anxiété personnellement subi résultant d’une telle exposition » peut prétendre à une indemnisation spécifique à ce titre.

La Cour d’Appel de Metz, censurée par la Haute juridiction, avait estimé que « la réparation du préjudice spécifique d’anxiété, défini par la situation d’inquiétude permanente face au risque de déclaration à tout moment d’une maladie liée à l’amiante, n’ [était] admise, pour les salariés exposés à l’amiante, qu’au profit de ceux remplissant les conditions prévues par l’article 41 de la loi du 23 décembre 1998 et l’arrêté ministériel pris en application ».

La Haute juridiction balaie un tel raisonnement au visa des règles de droit commun régissant l’obligation de sécurité de l’employeur laquelle (naturellement) bénéficie à l’ensemble des salariés.

Sur le fond, précisons que la Cour d’Appel de Metz avait relevé de façon quelque peu surabondante voire contradictoire que les attestations et les témoignages communiqués par les différents salariés faisant état de constats alarmants en termes de sécurité et de santé au travail ne pouvaient être reliés directement à la situation concrète de chaque demandeur en fonction des différents postes successivement occupés par eux.

Il convenait donc pour les juges du fond d’apprécier l’existence d’un préjudice personnel subi par chaque salarié pris individuellement et consécutif aux manquements de l’employeur, ce que l’on peut, il est vrai, légitimement concevoir sur le plan juridique, en particulier, dans le cadre d’une action en responsabilité de droit commun.

Notons enfin que la Cour d’Appel de Metz avait estimé aux termes des décisions censurées qu’il était démontré que l’employeur avait pris « toutes mesures nécessaires de protection, tant individuelle que collective, et également d’information » de sorte qu’aucun manquement ne pouvait lui être reproché, l’employeur, il est vrai, n’étant désormais plus astreint à une obligation de sécurité de résultat envers ses salariés (Soc. 1er juin 2016 n° 14-19.702).

 

Or, précisément, la Cour de cassation reproche aux juges du fond de ne pas avoir suffisamment établi que « l'employeur avait démontré qu'il avait effectivement mis en ½uvre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs, telles que prévues aux articles L. 4121-1 et L. 4121-2 du Code du travail ».

Rappelons en effet qu’il résulte des dispositions de l’article L. 4121-2 du Code du travail que l’employeur met en ½uvre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs sur le fondement des principes généraux de prévention tels que « l’évaluation des risques qui ne peuvent pas être évités », en les « combattant à la source » et « en adaptant le travail à l’homme » notamment.

C’est au l’aune des principes généraux de prévention que le Cour d’Appel de renvoi de Douai devra donc apprécier la réalité des manquements éventuels de l’employeur en termes de santé et de sécurité au travail et rechercher si les conditions de mise en ½uvre de la responsabilité de ce dernier sont réunies, s’agissant pour l’employeur d’une obligation de sécurité renforcée.

 

(Soc.11.09.19, n°17-24879, n°17-26879, n°17-18311)

À propos de l’auteur

Photo de                         Maître Gaétan DMYTROW

Maître Gaétan DMYTROW

Avocat au barreau de Paris

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail