Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Licencier un salarié : procédure, coûts pour l'entreprise » Licencier pour Motif Personnel » Quel licenciement choisir ? Trouvez le bon motif ! » Licencier un salarié protégé (entreprise sans CE) » Actualités

Article avocat Licencier un salarié protégé (entreprise sans CE)

Comment fonder le licenciement d'un salarié protégé par un acte tiré de sa vie personnelle ?

Par , Avocat - Modifié le 14-11-2014

Dans un arrêt en date du 15 octobre 2014, n°362235, le Conseil d’Etat a jugé que lorsque le licenciement d'un salarié protégé est motivé par un acte de la vie personnelle, il faut déterminer si les faits en cause sont établis et de nature à rendre impossible le maintien du salarié dans l'entreprise.

En l’espèce, l'employeur demande l'autorisation de licencier un salarié protégé pour avoir adressé à une salariée de l'entreprise de nombreuses sollicitations non désirées tels des appels téléphoniques et nombreux courriels au contenu déplacé et insultant alors qu'elle lui avait expressément demandé, à plusieurs reprises, de cesser de l'importuner, et qu'il avait persisté dans son comportement, allant jusqu'à importuner l'intéressée à son domicile.

Tous ces faits semblaient s'être déroulés en dehors de l'entreprise. L’employeur demande alors l'autorisation de le licencier pour ces agissements survenus en dehors de l'exécution de son contrat de travail et rendant impossible le maintien de l'intéressé dans l'entreprise.

Pour mémoire, en principe, un acte relevant de la vie privée du salarié ne peut être un motif de licenciement. Et ce, qu'il s'agisse de représentant du personnel ou non. Cependant la jurisprudence a dégagé quelques exceptions à cet égard, notamment lorsque les agissements caractérisent un trouble pour l'entreprise.

Dans cet arrêt cependant, le Conseil d'État explique que "dans le cas où une demande de licenciement est motivée par un acte ou un comportement du salarié qui, ne méconnaissant pas les obligations découlant pour lui de son contrat de travail, ne constitue pas une faute, il appartient à l'autorité administrative de rechercher si les faits en cause sont établis et de nature, compte tenu de leurs répercussions sur le fonctionnement de l'entreprise, à rendre impossible le maintien du salarié dans l'entreprise, eu égard à la nature de ses fonctions et à l'ensemble des règles applicables au contrat de travail de l'intéressé".

Le Conseil d'État opère alors son contrôle et qualifie les agissements du salarié au regard de leurs répercussions sur la salariée concernée, affectée psychologiquement, eu égard au caractère répété des agissements et aux antécédents de l'intéressé. 

Il en déduit que dans ces conditions, ces agissement étaient de nature à rendre impossible le maintien de l'intéressé dans l'entreprise.

Par Me Grégoire HERVET

www.avocat-hervet.fr

01.55.73.41.55

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître gregoire HERVET

Maître gregoire HERVET

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT

Me contacter

Publicité

Edition abonné

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés