La délivrance de l’ordonnance de protection

L’article 515-11 du code civil est modifié et permet désormais la délivrance, par le JAF, d’une ordonnance de protection, non seulement en cas de violences avérées exercées au sein d’un couple, lorsqu’elles mettent en danger la personne qui en est victime et/ou les enfants, mais également, même si les faits ne sont pas avérés, lorsqu’il existe des "raisons sérieuses" de considérer comme "vraisemblables" les violences alléguées qui exposent la victime et/ou ses enfants à un danger. Lorsque des violences susceptibles de mettre en danger des enfants sont retenues dans ce cadre, le JAF doit, sans délai, en informer le procureur de la République.

Par ailleurs, l’article 515-11 du code civil précise désormais que l’ordonnance de protection est délivrée par le JAF "dans les meilleurs délais", marquant ainsi la volonté du législateur de voir les magistrats traiter par priorité les procédures de protection contre les violences conjugales. La loi rallonge également la durée des mesures de protection de quatre à six mois, le délai courant désormais à compter de la notification de l’ordonnance. Les victimes de violences conjugales non-mariées sont soumises au même régime que les victimes mariées et la prolongation des mesures est désormais possible lorsque le JAF a été saisi d’une requête relative à l’exercice de l’autorité parentale.

Attribution du logement familial et élection de domicile

La loi modifie le 3° de l’article 515-11 du code civil, qui concerne l’attribution au conjoint marié   qui n’est pas l’auteur des violences conjugales  de la jouissance du logement familial. La loi précise désormais qu’il pourra bénéficier de cette attribution, s’il le souhaite, même si, contraint de se réfugier hors du domicile avant de demander une ordonnance de protection, il a bénéficié d’un hébergement d’urgence.

Par ailleurs, le régime d’attribution de la jouissance du logement concernant les personnes non mariées est désormais identique au régime appliqué aux conjoints mariés. Un alinéa supplémentaire à l’article 515-11 permet aux personnes victimes de violences conjugales de se domicilier chez une personne morale qualifiée pour les besoins de la vie courante, afin de dissimuler son lieu de résidence ou son domicile à l’auteur des violences. Auparavant, la procédure de dissimulation d’adresse ne prévoyait l’élection de domicile que pour les instances civiles auxquelles la victime de violences était partie.

Mariage et époux de nationalité étrangère : recherche de "l’intention matrimoniale"

Contre les mariages forcés, la loi complète les dispositions de l’article 202-1 du code civil, qui régit les conflits de lois en cas de mariage entre un français et une personne de nationalité étrangère. La loi étrangère éventuellement applicable pourra être écartée si la conception du consentement matrimonial qu’elle retient est plus restrictive qu’en droit français, et notamment si elle n’intègre pas la notion d’ "intention matrimoniale", cette notion étant désormais élevée au rang de principe constituant l’ordre public international français, indépendamment de la notion de consentement.

La loi formalise également la possibilité de recourir à un virement bancaire pour le paiement de la pension alimentaire entre époux. Dans la pratique, les JAF pouvaient déjà prévoir ce mode de paiement, qui permet d’éviter les contacts entre anciens conjoints.

Par Me Migueline Rosset

Avocat à la Cour

http://cabinet-rosset.fr

130 bis Avenue Charles de Gaulle

92200 NEUILLY S/SEINE

Tél :01.47.84.37.83

Fax : 01.46.24.79.18

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail