L'administration doit être regardée comme apportant la preuve qu'elle a satisfait à son obligation d'information préalable, dès lors que l'appelant, qui s'est acquitté de l'amende forfaitaire, a nécessairement reçu les avis de contravention par les articles L. 223-3 et R. 223-3 du Code de la route.

Conclusion : ne pas payer l'amende forfaitaire, c'est toujours se préserver un moyen de contestation du retrait de points sur le fondement des articles L. 223-3 et R. 223-3 du Code de la route et, par conséquent, la possibilité de sauver son permis !

Pour tirer profit de cette stratégie : appelez votre Avocat sans tarder !


Source : Cour d'administrative d'appel de Marseille, 28 février 2014, n° 12MA00971

Par Me Alves

Source

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected].

loader Juritravail