Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit Bancaire » Compte Bancaire » Obligations d'Informations / Conseils » Actualités

Article avocat Obligations d'Informations / Conseils

Faute de la banque à défaut de préavis écrit et préalable de la rupture de crédit

Par , Avocat - Modifié le 24-10-2014

La banque est-elle tenue d'informer préalablement et par écrit son client en cas de rupture de crédit ou de concours en cas de comportement répréhensible de ce dernier ou lorsque sa situation est irrémédiablement compromise ?

Le 18 mars 2014, la Cour de cassation a jugé que la banque qui rompt son concours de prêt ou le crédit d'un client doit lui notifier préalablement sa décision de rupture par écrit, sauf à engager sa responsabilité et même en cas de comportement gravement répréhensible du bénéficiaire du crédit ou lorsque la situation de ce dernier s’avère irrémédiablement compromise. (Cass, com., 18 mars 2014, N° de pourvoi: 12-29583).

En l'espèce, une personne s'est rendue caution des sommes dues au titre du solde du compte courant ouvert par sa société auprès de la banque Crédit Mutuel.

Par la suite, la banque a rompu ses concours et a assigné en paiement la caution.

La caution lui a reproché d’avoir mis un terme à son concours bancaire de manière brutale et a recherché sa responsabilité.

En effet, pour mémoire, l'article L313-12 du code monétaire et financier dispose  que :

" Tout concours à durée indéterminée, autre qu’occasionnel, qu’un établissement de crédit ou une société de financement consent à une entreprise, ne peut être réduit ou interrompu que sur notification écrite et à l’expiration d’un délai de préavis fixé lors de l’octroi du concours. Ce délai ne peut, sous peine de nullité de la rupture du concours, être inférieur à soixante jours. Dans le respect des dispositions légales applicables, l’établissement de crédit ou la société de financement fournit, sur demande de l’entreprise concernée, les raisons de cette réduction ou interruption, qui ne peuvent être demandées par un tiers, ni lui être communiquées. L’établissement de crédit ou la société de financement ne peut être tenu pour responsable des préjudices financiers éventuellement subis par d’autres créanciers du fait du maintien de son engagement durant ce délai.

L’établissement de crédit ou la société de financement n’est pas tenu de respecter un délai de préavis, que l’ouverture de crédit soit à durée indéterminée ou déterminée, en cas de comportement gravement répréhensible du bénéficiaire du crédit ou au cas où la situation de ce dernier s’avérerait irrémédiablement compromise.

Le non-respect de ces dispositions peut entraîner la responsabilité pécuniaire de l’établissement de crédit ou de la société de financement ".

Sur le fondement de cette disposition, la banque croyait pouvoir valablement justifier ne pas avoir accordé de préavis pour la rupture de son concours en invoquant que la société était dans une situation irrémédiablement compromise.

La cour d'appel a considéré que malgré l'absence d'envoi d'une mise en demeure par la banque à la société, celle-ci se trouvait en situation irrémédiablement compromise de sorte qu'aucune rupture brutale de ses concours ne pouvait être reprochée à la banque.

Les juges d'appel ont donc estimé que l'arrêt des concours en compte courant ne caractérisait pas une rupture abusive au sens de l'article précité et ont rejeté la demande de dommages-intérêts de la caution.

Toutefois, la cour de cassation a cassé et annulé l'arrêt d'appel estimant que, malgré l'existence d'une situation irrémédiablement compromise, l'arrêt des concours en compte courant de la banque sans notification préalable et écrite caractérisait une rupture abusive, de sorte que des dommages-intérêts devaient être alloués à la caution.

La haute cour a ainsi posé le principe selon lequel :

"s’il résulte du premier de ces textes [l'article L313-12 du code monétaire et financier] qu’en cas de comportement gravement répréhensible du bénéficiaire du crédit ou lorsque la situation de ce dernier s’avère irrémédiablement compromise, la banque est dispensée de respecter un préavis avant d’interrompre son concours, elle n’en reste pas moins tenue, même dans ces cas, de notifier préalablement par écrit sa décision ".

Par conséquent, l'arrêt du concours en compte courant de la banque doit toujours respecter un préavis, à la fois pour les concours occasionnels ou en cas de situation irrémédiablement compromise.

En cas de contentieux, il appartient à la banque de rapporter la preuve du respect de son obligation de notification préalable et par écrit de sa décision de rupture.

A défaut, le manquement à cette obligation autonome de notification écrite préalable permet de caractériser une rupture abusive de crédit et à engager le cas échéant la responsabilité de la banque.

Je suis à votre disposition pour toute action ou information.

Par Me Anthony Bem

Avocat à la Cour

106 rue de Richelieu - 75002 Paris

01 40 26 25 01

abem@cabinetbem.com


Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Anthony BEM

Maître Anthony BEM

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Propriété intellectuelle, web & NTIC
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit Pénal
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Public
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit International
  • - Droit de la Santé
  • - Droit Bancaire
  • - Droit des Transports
  • - Droit de la presse, image & publicité
  • - Droit de l'Environnement
  • - Droit du Sport
  • - Procédure Judiciaire
  • - Droit de la Protection Sociale

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à côté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.