Covid-19 : Chaque jour, nos équipes vous informent via des News, des Dossiers ou par téléphone !

S'informer x

Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Embaucher un Salarié » Recourir au Contrat à Durée Déterminée (CDD) » Mettre fin au CDD : rupture anticipée, fin de la mission, indemnité de précarité » Rupture du CDD : comment rompre de manière anticipée ? » Actualités

Article avocat Rupture du CDD : comment rompre de manière anticipée ?

Rupture de CDD, force majeure et coronavirus

Par , Avocat - Modifié le 07-04-2020

Dans le contexte actuel entraînant la fermeture ou la baisse d’activité des entreprises de nombreux secteurs, il est évident que nombre d’employeurs vont être tentés d’invoquer la force majeure pour rompre notamment les contrats à durée déterminée de leurs salariés, excuser la non-exécution de leurs obligations contractuelles et essayer d’échapper à toute responsabilité à ce titre.

A titre d’exemple, Disneyland Paris a commencé début avril 2020 à rompre les CDD qui avaient été signés avec les saisonniers travaillant dans le parc d’attractions.

Or, il est à rappeler que, comme n’importe quel salarié en CDI, le salarié embauché en CDD est éligible au dispositif d’activité partielle (anciennement chômage partiel).

 

I. Rappel : les cas de rupture anticipée des CDD

Conformément à l’article L 1243-1 du Code du travail, le CDDne peut être rompu avant l'échéance du terme qu'en cas d'accord des parties, de faute grave (ou, a fortiori, lourde), de forcemajeure, d'inaptitude physique du salarié constatée par le médecin du travail ou si le salarié justifie d'une embauche en CDI. 

 

II. La force majeure en droit français : définition

Selon la jurisprudence, la forcemajeurepermettant à l'employeur de s'exonérer des obligations nées de la rupturedu contrat de travail, s'entend de la survenance d'un événement extérieur, imprévisiblelors de la conclusion du contrat et irrésistibledans son exécution (Cass. soc. 16-5-2012 n° 10-17.726 FS-PBR :  RJS 7/12 n° 627). 

Tel est le cas notamment en cas d'incendie ou de cyclone ayant totalement détruit l'entreprise (Cass. soc. 30-4-1997 n° 94-42.194 D :  RJS 8-9/97 n° 970Cass. crim. 4-1-1984 n° 83-90.022).

Cette définition figure également à l’article 1218 du Code civil : «Il y a forcemajeureen matière contractuelle lorsqu’un événement échappant au contrôle du débiteur, qui ne pouvait être raisonnablement prévu lors de la conclusion du contrat et dont les effets ne peuvent être évités par des mesures appropriées, empêche l’exécution de son obligation par le débiteur.»

Tout événement empêchant une partie à un contrat d’exécuter ses obligations peut donc être qualifié de force majeure lorsqu’il présente les trois caractères suivants :

  • cet événement doit échapper au contrôle de la partie qui ne peut plus exécuter ses obligations, c’est-à-dire être indépendant de sa volonté;
  • cet événement doit avoir été raisonnablement imprévisible lors de la conclusion du contrat;
  • cet événement doit être irrésistible lors de l’exécution du contrat. Cette irrésistibilité doit rendre l’exécution du contrat impossible et non pas seulement plus onéreuse ou plus compliquée.

 Le Gouvernement a qualifié la menace de pandémie de force majeure dans le cadre de l'exécution des marchés publics. Faut-il donc considérer que les critères de la force majeure justifiant la rupture du CDD pourraient être réunis ?

 

III. Une appréciation au cas par cas par le juge

L’appréciation du caractère de force majeure d’un événement dépend du bon vouloir du juge, qui dispose d’une entière liberté en la matière.

En ce qui concerne les épidémies, l’étude de la jurisprudence française témoigne d’un rejet régulier de la notion de forcemajeurepour qualifier de tels événements. Les juges français ont ainsi refusé de qualifier de forcemajeureles épidémies de grippe H1N1 de 2009 (CA Besançon 8-1-2014 no 12/0229), du bacille de la peste (CA Paris 25-9-1998 no 1996/08159), du virus la dengue (CA Nancy 22-11-2010 no 09/00003) ou du virus du chikungunya (CA Basse-Terre 17-12-2018 no 17/00739).

Pour chacun de ces cas, la décision des juges a été très fortement influencée par les circonstances d’espèce. 

À titre d’exemple, les juges ont considéré que l’épidémie de grippe H1N1 de 2009 ne pouvait pas constituer un événement de force majeure dans la mesure où cette épidémie avait été largement annoncée et prévue, et ce, avant même la mise en place de la réglementation sanitaire. En ce qui concerne la peste, il a été jugé que l’épidémie n’était pas suffisamment certaine ou grave, qu’aucune instruction n’avait été donnée aux compagnies aériennes ou aux agences de voyages pour éviter la région (l’Inde) et qu’en tout état de cause, une protection contre le risque de contagion pouvait être assurée par la prise préventive d’antibiotiques.

De manière générale, la force majeure a été rarement admise en jurisprudence, y compris à l'occasion de l'annulation de festivités ou fermetures administratives en raison de la guerre du Golfe (Cass. soc. 10-12-1996 n° 93-44.847 D ; CA Aix-en-Provence 11-3-1997 n° 92-15720, 18e ch.). Mais il est difficile, à l'heure actuelle, de mesurer les impacts du coronavirus sur l'économie française.

Compte tenu de l'interdiction de rassemblements et de l'annulation de manifestations sportives ou culturelles, certaines entreprises peuvent s'interroger, en particulier, sur la poursuite des CDD conclus pour faire face à ces surcroîts d'activité.

Néanmoins, à notre avis, s'agissant des CDD, les critères de la force majeure ne seront pas remplis si le contrat a été conclu alors que le risque de pandémie était connu et dès lors que l'entreprise peut recourir à l'activité partielle. 

Dans le cas du coronavirus, la question devrait se poser avec force pour les contrats signés après le 30 janvier 2020, date à laquelle l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a annoncé que l’épidémie constituait « une urgence de santé publique de portée internationale ».Et où elle est donc devenue prévisible.

 

IV. Les demandes pouvant être formulées devant le Conseil de Prud’hommes en contestation de la  rupture anticipée du CDD pour force majeure

La rupture anticipée du contrat de travail à durée déterminée qui intervient à l'initiative de l'employeur, en dehors des cas de faute grave ou de force majeure, ouvre droit pour le salarié à des dommages et intérêts d'un montant au moins égal aux rémunérations qu'il aurait perçues jusqu'au terme du contratsans préjudice de l'indemnité de fin de contrat calculée (article L 1243-4 du Code du travail). 

 Elle ne saurait donner lieu au paiement de l'indemnité prévue en cas de licenciement sans cause réelle et sérieuse.

L'indemnité allouée doit être calculée en fonction de la rémunération brute,et non de la rémunération nette,dont le salarié aurait bénéficié si le contrat avait été mené à son terme (Cass. soc. 7-10-1992 n° 89-43.282 P, Thomas c/ Beaufils  ;Cass. soc. 13-12-1995 n° 93-40.436) ;

Les dommages-intérêts prévus par l'article L 1243-4 du Code du travailpour rupture anticipée du contrat à durée déterminée à l'initiative de l'employeur, en dehors des cas de faute grave ou de force majeure, constituent une réparation forfaitaire minimumqui ne peut subir aucune réduction (Cass. soc. 31-3-1993 n° 89-43.708 ;  .Cass. soc. 23-1-2001 n° 99-41.037 F-D, Ancian c/ Leleu ; Cass. soc. 3-7-2019 n° 18-12.306 FS-PB). 

L'indemnisation prévue par la loi, fixée au montant des salaires restant à échoir jusqu'au terme prévu au contrat à durée déterminée, constitue un minimum. Une indemnisation plus importante pourra être consentie au salaié s'il apparaît que celui-ci a subi un préjudice supérieurau simple préjudice matériel constitué par la privation des salaires restant dus jusqu'à l'échéance du contrat. Il appartient alors aux juges de fixer le montant de l'indemnisation en fonction du préjudice global subi et démontré par le salarié.

A titre d’exemple, la carence de l'employeur dans la délivranceau salarié des documents prévus par la loijustifie l'existence d'un préjudice distinct de celui résultant de la rupture anticipée du contrat de travail ( Cass. soc. 2-4-1992 n° 88-42.817).

Cas des CDD sans terme précis :

En cas de rupture anticipée du fait de l'employeur d'un contrat à durée déterminée sans terme précis, les dommages-intérêts doivent être évalués en fonction de ladurée prévisiblede ce contrat. (Cass. soc. 13-12-2006 n° 05-41.232 FS-PB Cass. soc. 13-5-1992 n° 89-40.044 D ; Cass. Soc 16 octobre 2002, n°00-40869 ).  

En outre, la rupture ouvre également droit pour le salarié, dans certains cas :

-      à l'indemnité de fin de contratlorsque le contrat a été conclu dans l'une des hypothèses y ouvrant droit ;

-      à l’indemnité compensatrice de congés payés.

 

V. Observation pour les ruptures de CDD avant le début d’exécution du contrat

Selon la jurisprudence, dès lors qu'un contrat de travail à durée déterminée a été conclu, sa rupture à l'initiative de l'employeur, en dehors des cas mentionnés à l'article L 1243-1 du Code du travail, ouvre droit pour le salarié à des dommages-intérêts d'un montant au moins égal aux rémunérations qu'il aurait perçues jusqu'au terme du contrat, peu important que l'exécution du contrat ait ou non commencé (Cass. soc. 12-3-2002 n° 99-44.222 FS-PB, AGS de Paris c/ Detmers :  RJS 6/02 n° 659 ; Cass. soc. 26-9-2002 n° 00-42.581 FS-PB, Dessery c/ Association Maison pour tous ). 

 

Pour mémoire, la rupture du contrat de travail peut être contestée en justice dans les 12 mois. 

 

Le cabinet reste à votre disposition pour vous assister dans le cadre d’une éventuelle procédure judiciaire.

Vos Réactions

  • FM38 - Visiteur Le 28-04-2020 à 18:48

    Bonjour Madame,
    je vous envoie ce commentaire pour savoir si un employeur ( fonction public territoriale ) peut decaler la date d'Embauche de 2 mois apres m 'avoir fait une prommesse d'embauche avec date d'embauche (du... au) avec fiche de poste et signature du responsable de la drh et avec un mail qui dit : que quoiqu'il arrive nous signerons notre contrat et nous n'avons pas de souci a nous faire pour le versement des salaires ? Nous sommes 9 dans ce cas et nous sommes perdus ! sans cette signature de contrat nous serons avec 2 mois sans salaires et sans possibilité de chaumage et sans aides !
    dans l'attente recevez mes salutations
    Fabrice

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Aurélie Arnaud

Maître Aurélie Arnaud

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social

Me contacter

Publicité

Edition abonné

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés