Accueil » Droit Public » Droit de l'Urbanisme » Actualités

Article avocat Droit de l'Urbanisme

Précision sur la preuve de la continuité de l'affichage d'un permis de construire

Par , Avocat - Modifié le 30-03-2020
Le juge doit apprécier la continuité de l'affichage d'un permis de construire en examinant l'ensemble des pièces qui figurent au dossier qui lui est soumis. Le demandeur doit apporter des éléments de nature à mettre en doute la continuité de l'affichage. 

Un habitant d'une commune en obtient un permis de construire le 6 mai 2014. Celui-ci a pour objet de régulariser des travaux de construction d'une villa individuelle. Le voisin du projet a demandé au tribunal administratif d'annuler pour excès de pouvoir l'arrêté de délivrance du permis de construire délivré par le maire de la commune.

Le tribunal administratif de Nice, dans un jugement rendu le 22 mars 2018, a décidé d'annuler l'arrêté du 6 mai 2014. Le tribunal administratif a notamment considéré que la requête était acceptable en termes de délai de prescription. Celle-ci avait effectivement été formulée le 29 août 2014, alors que le délai de contestation prévu en la matière par l'article R. 600-2 du code de l'urbanisme n'est que de deux mois. Néanmoins, le défendeur n'avait pas été en mesure de prouver l'affichage continu du permis de construire litigieux. Or ce délai court "à compter du premier jour d'une période continue de deux mois d'affichage sur le terrain". La commune et le défendeur ont tous les deux formé un pourvoi devant le Conseil d'Etat.

Le Conseil d'Etat, dans un arrêt rendu le 19 décembre 2019, décide d'annuler le jugement de première instance. En effet, selon lui, "le juge doit apprécier la continuité de l'affichage en examinant l'ensemble des pièces qui figurent au dossier qui lui est soumis". En outre, le tribunal avait décidé d'attribuer la charge de la preuve de la continuité de l'affichage au défendeur. Or en l'espèce, celui-ci n'avait apporté aucun "élément de nature à mettre en doute qu'il avait été maintenu pendant une période continue de deux mois". Le Conseil d'Etat annule donc le jugement de première instance et décide de renvoyer les parties devant le tribunal administratif de Nice.

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Patrick LINGIBE

Maître Patrick LINGIBE

Avocat au Barreau de CAYENNE

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Propriété intellectuelle, web & NTIC
  • - Fiscalité de l'Entreprise
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit des étrangers : en France et à l'étranger
  • - Droit Pénal
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit Public
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit de la Santé
  • - Droit Bancaire
  • - Droit de l'Environnement
  • - Procédure Judiciaire

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés