Accueil » Droit des Employeurs - Droit Social » Droit du Travail & Droit Social » Sanctionner un Salarié » Sanction disciplinaire : bien la choisir pour mieux sanctionner » Sanction disciplinaire & procédure d'avertissement au travail » Actualités

Article avocat Sanction disciplinaire & procédure d'avertissement au travail

En matière de sanction disciplinaire, un délai de 7 jours est suffisant entre la convocation et la tenue de l’entretien préalable

Par , Avocat - Modifié le 07-10-2015

Dans un arrêt du 2 juillet 2015 (1), la Cour de Cassation rappelle un principe essentiel de la procédure de sanction disciplinaire : le délai doit être suffisant et suffisamment long entre la convocation à l’entretien préalable et la tenue de cet entretien préalable à sanction disciplinaire : en l’espèce 7 jours.

 

A l’image de la procédure prévue en matière de licenciement, pour laquelle le Code du travail comporte des dispositions propres relative à ce délai (5 jours), la procédure en matière de sanction disciplinaire exige elle aussi un délai.

 

Or, ce délai n’est prévu par aucun texte et c’est à la jurisprudence d’en prévoir les contours.

 

  • Deux procédures disciplinaires selon la gravité des fautes reprochées au salarié

 

Il existe deux types de procédures, en fonction de la gravité des fautes reprochées au salarié.

 

Une procédure plus légère pour les fautes les moins graves, nécessitant une sanction plus légère, et une procédure plus formaliste et rigoureuse, pour les fautes les plus graves (mais n'entraînant pas de licenciement pour faute).

Lorsque la faute reprochée est légère, la sanction envisagée peut être : 

  •  une observation écrite,
  • un blâme sans inscription au dossier,
  • un avertissement
  • ou toute autre sanction non susceptible d’avoir une incidence sur la relation contractuelle.

 

Dans ce cas, la seule formalité requise est la notification de la sanction, avec l’indication du ou des motifs de cette dernière.

 

Lorsque la sanction est plus lourde, le Code du travail prévoit un formalisme plus lourd, propre à garantir notamment les droits de la défense du salarié et le principe du contradictoire.

 

Dès lors, l’employeur qui envisage de prendre une sanction ayant une incidence, immédiate ou non, sur la présence dans l’entreprise, la fonction, la carrière ou la rémunération du salarié doit convoquer ce dernier par écrit à un entretien préalable.

 

  • La convocation à entretien préalable à notification de la sanction disciplinaire

 

L’article L 1332-2 du Code du travail prévoit que la convocation doit indiquer l’objet, la date, l’heure et le lieu de l’entretien, et rappeler que le salarié peut se faire assister par une personne de son choix appartenant au personnel.

 

 La convocation doit être soit remise en main propre contre décharge, soit adressée au salarié par lettre recommandée (article R 1332-1).

La convocation doit être envoyée dans un délai de 2 mois à compter du jour où l’employeur a eu connaissance du fait fautif.

Si l’employeur est une personne morale, le délai de 2 mois court à compter du jour où le fait fautif a été porté à la connaissance d’une personne détenant un pouvoir hiérarchique sur le salarié intéressé (2).

 

Le délai n’est pas interrompu lorsque le supérieur hiérarchique du salarié tarde à informer sa direction des manquements en cause (3).

 

En tout état de cause, le délai de 2 mois court à compter du moment où l’employeur a eu une exacte connaissance de la nature et de l’ampleur des faits fautifs (4).

 

 

  • Le délai suffisant entre la convocation à entretien préalable et la tenue de l’entretien

 

La loi n’a prévu aucun délai minimum en matière de sanction disciplinaire, en dehors du cas du licenciement (C. trav. art. L 1232-2).

C’est à la jurisprudence de la Cour de cassation que revient la responsabilité de fixer ce délai.

 

Ainsi, la Haute Juridiction a eu l’occasion d’indiquer qu’il est nécessaire que soit respecté un délai suffisant afin de permettre au salarié de préparer sa défense et recourir à l’assistance à laquelle il peut prétendre (5).

 

Pour la Cour de Cassation, le point de départ de ce délai suffisant est, tout comme en matière de licenciement, la date de présentation de la lettre recommandée de convocation (ou, par analogie, à la date de remise en main propre de la convocation).

L’employeur qui convoque le salarié par voie postale doit donc tenir compte du délai d’acheminement de la lettre recommandée.

Le salarié a lui, tout intérêt à se dépêcher de récupérer ladite lettre recommandée, notamment en allant la chercher à la poste suite à avis de passage.

 

L’employeur ne pourra pas être critiqué si le salarié ne se rend pas à son bureau de poste et n’est informé que tardivement.

 

Un délai de 7 jours, prévu par l’employeur est un délai suffisant. C’est en ce sens qu’a statué la Cour de Cassation dans l’arrêt du 2 juillet 2015.

 

En l’espèce, le salarié avait été convoqué le 4 août à un entretien fixé au 11 août à 11 heures, par lettre recommandée AR.

 

L’employeur lui avait remis en main propre un nouvelle convocation en l’avisant de ce que l’entretien était repoussé une demi-heure après l’heure qui était prévue dans la convocation, mais le même jour.

 

Le salarié prétendait qu’il s’agissait d’une nouvelle convocation, annulant la première et que l’employeur n’avait pas respecté ses obligations en matière de délai entre la convocation et l’entretien.

 

Ce n’est pas l’avis de la Cour de Cassation qui affirme que le salarié avait bien disposé entre la date de présentation de la lettre recommandée de convocation le 4 août 2009 et celle de l’entretien fixé au 11 août suivant à 11 heures d’un délai suffisant pour préparer sa défense, peu importe que l’heure ait été repoussée.

 

 

 

Par Virginie LANGLET

Avocat au Barreau de Paris

 

Sources:

(1) Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 2 juillet 2015 : RG n° 14-15829

(2) Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 16 septembre 2003: RG n°01-42712

(3) Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 23 février 2005 : RG n°02-47272

(4) Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 7 novembre 2006 : RG n°04-47683

(5) Cour de Cassation, chambre sociale, arrêt du 31 mai 2000 : RG n°98-42130

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Virginie Langlet

Maître Virginie Langlet

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT

Me contacter

Publicité

Ne passez pas à coté de l'actualité juridique

Recevez gratuitement notre Newsletter !

Toutes les nouveautés juridiques décryptées par nos équipes, rédigées en langage simple dans tous les domaines de droits !

Personnalisez votre Newsletter :

Simplicité et transparence avec Juritravail en savoir plus

Nous ne commercialisons pas vos adresses emails à un tiers. Nous conservons vos informations personnelles uniquement pour vous adresser des contenus et services que vous avez demandés et qui vous intéressent. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment depuis les mails que vous allez recevoir.

Votre inscription a bien été prise en compte !

Vous recevrez bientôt des nouvelles de nous par email.

Pour connaitre et exercer vos droits relatifs à l'utilisation de vos données, consultez notre  Charte sur la protection des données personnelles ou contactez-nous à l'adresse suivante : dpo@juritravail.com.



© 2003 - 2020 JuriTravail tous droits réservés