Le tribunal correctionnel de Rochefort a rejeté la plainte contre la propriétaire du coq Maurice jugeant que la preuve du trouble anormal de voisinage n’est pas rapportée.
 

Un couple d’agriculteurs retraités, domicilié en Haute-Vienne, incommodés par le chant trop matinal du coq de leur voisine, près de leur résidence de vacances dans l’île d’Oléron, a porté plainte pour "trouble anormal du voisinage". Ils soutenaient que le chant du coq constituait une "nuisance sonore".

Le 5 septembre 2019, le tribunal de Rochefort (Charente-Maritime) estime que les plaignants ne rapportent pas la preuve d’une nuisance.Le tribunal donne donc raison à la propriétaire du coq, à qui les plaignants devront verser 1.000 ¤ de dommages et intérêts.

Tribunal correctionnel de Rochefort, 5 septembre 2019
Source