Accueil » Procédure Judiciaire » Procédure Civile » Médiation & conciliation civile » Actualités

Article avocat Médiation & conciliation civile

L'accord de médiation, le « Graal »?

Par , Avocat - Modifié le 05-02-2019

Quelles formes prend l’accord en médiation?

Alors que les différents textes relatifs à la médiation conventionnelle et judiciaire n'envisagent qu'un accord formalisé en fin de médiation aboutie, le code national de déontologie du médiateur n'impose pas un écrit en fin de médiation.

La médiation peut se conclure par un accord (écrit ou oral), sans accord mais les parties sont apaisées, ou sans accord et sans apaisement. Le médiateur, n’étant pas un rédacteur juridique, il se préoccupe de la relation.

Quel nom peut on donner à l’accord en médiation?

Certains médiateurs refusent expressément l'emploi de certains mots pour désigner l'accord en médiation tel que « compromis » ou « contrat ». Les noms de « projet d'entente » ou « projet d'accord » reviennent plus souvent. Le code national de déontologie vise la notion de « protocole » ; les textes (articles 131-12 ;1530 ;1534 du CPC) d' « accord ». L'idée de « compte rendu de médiation » est intéressante. Elle renvoie à la notion de « procès verbal d'accord de médiation » qui liste les principes orientations, laissant le soin aux conseils de négocier les détails.

Ainsi la dénomination de l'écrit en fin de médiation résulte plus souvent d'usages ou de références personnelles du médiateur et de l'absence de directives spécifiques.

Pourtant le choix du nom a une importance sur le contrôle a posteriori par le magistrat, surtout s'il est qualifié de transaction.

Qui signe l’accord?

Les accords sont signés par chacune des parties, de façon manuscrite pour marquer l'engagement.

Généralement les médiateurs refusent de signer les accords, car ils considèrent qu'ils ne sont pas des rédacteurs mais des « accoucheurs ». Ils ne font qu'acter des points d'accord. Cette position leur permet de préserver leur responsabilité.

Cas des suites d'un accord

Quelles sont les conséquences sur le médiateur ?

L’accord écrit ne met pas fin automatiquement à la médiation conventionnelle. Seules les parties en décident du terme. Par contre il met fin à la médiation judiciaire.

Il est important de souligner que le médiateur n'est pas le garant de l'exécution ou de la transmission de l'accord au magistrat. Le code de procédure civile ne lui impose qu'une simple information (Article 131-11 du CPC).

Quelles sont les conséquences sur les parties ?

L'écrit n'est pas une obligation. Il est le support de la parole donnée et du changement.

Il n'y a pas de forme sur la communication de cet accord.

En cas de représentation obligatoire, les avocats communiquent l'accord au juge. Dans les autres cas, l'accord appartient aux parties. Le médiateur se limite à l'information au juge de son existence. C'est pourquoi il doit inviter les parties dès sa rédaction à réfléchir sur le sort de ces accords.

Cas de l'homologation de l'accord

Désormais une seule des parties peut saisir le magistrat pour faire homologuer l'accord établi par le médiateur. Cette procédure ne nécessite pas audience !

Il s'agit d'une véritable révolution en France. Avant le 29/04/2016, l'article 131-12 prévoyait que « Le juge homologue à la demande des parties l'accord qu'elles lui soumettent. »

Cas d'un refus d'homologation d'un accord par le juge

Même si les parties sont d'accord, le juge n'est pas lié. Il doit vérifier l'équilibre des droits ainsi que l'absence d'atteinte au monopole des juridictions et aux droits indisponibles.

Il tient compte du contenu de l'accord (s'il prévoit l'homologation) et du contexte (s'il s'agit d'une demande d'une ou des deux parties). La décision de refus d'homologation ne semble pas être susceptible de recours directement.

Maître ADELINE BALESTIE

Maître ADELINE BALESTIE

Avocat au Barreau de MONTPELLIER

  • Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit des étrangers : en France et à l'étranger
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Public
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit de la Santé
  • - Droit Bancaire
  • - Droit de l'Environnement
  • - Procédure Judiciaire
  • - Accès au droit et à la justice

Me contacter

Publicité



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés