Ce qu'il faut RETENIR:

La rupture d'une promesse d'embauche ferme et précise peut s'analyser en un licenciement sans cause réelle et sérieuse.

LES FAITS:

Dans cette affaire, par lettre datée du 31 juillet 2006, la société Y a proposé à M. X de l'engager, au plus tard à compter du 1er octobre 2006, en qualité de directeur adjoint moyennant une rémunération mensuelle de 7 600 euros sur treize mois avec le bénéfice d'un véhicule de service et la prise en charge de ses frais de déménagement et de logement durant le premier mois de son installation en Guadeloupe.

Cet engagement n'ayant pas été suivi d'exécution, la société Y ayant indiqué à M. X, par courrier daté du 9 août 2006 qu'elle ne donnait pas suite à la promesse d'embauche, ce dernier a saisi la juridiction prud'homale pour faire juger que le non-respect de la promesse d'embauche s'analysait en un licenciement et obtenir le versement de dommages intérêts et d'une indemnité de préavis.

LA POSITION de la Cour de Cassation:

La Haute juridiction rappelle, tout d'abord, que constitue une promesse d'embauche valant contrat de travail: l'écrit qui précise l'emploi proposé et la date d'entrée en fonction. Elle relève, ensuite, que la lettre du 31 juillet 2006 adressée à M. X lui proposait un contrat de travail, précisait son salaire, la nature de son emploi, ses conditions de travail et la date de sa prise de fonction. Ainsi, pour la Cour suprême, la lettre ' constituait, non pas une proposition d'emploi mais une promesse d'embauche '.

La rupture de cet engagement par la société Y s'analysait en un licenciement sans cause réelle et sérieuse , [mais] le contrat de travail ayant été rompu avant son commencement d'exécution, le motif erroné relatif à la clause stipulant une période d'essai est sans portée'. (Cass. soc., 15 décembre 2010, n° 08-42.951)

Source

À propos de l’auteur

Commenter cet article

Pour commenter cet actualité, veuillez vous connecter.

Votre message a bien été enregistré.
Vous ne pouvez pas ajouter un nouveau commentaire. Un intervalle de 30 minutes est nécessaire entre chaque commentaire pour éviter les spams.

Les informations recueillies sur ce formulaire sont destinées à Juritravail aux fins de traitement de votre demande et la réception d'information juridique par email. Elles font l’objet d’un traitement informatique destiné au service marketing de Juritravail.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment de retrait de consentement à l'utilisation de vos Données, veuillez consulter notre Charte de protection des Données Personnelles et nous contacter à l'adresse suivante : [email protected]om.

loader Juritravail