Accueil » Droit Bancaire » Crédit Prêt » Recouvrement Créance » Actualités

Article avocat Recouvrement Créance

Les moyens de défense contre la saisie bancaire pratiquée sur un compte joint (Cass. Civ. 2ème, 21 mars 2019)

Par , Avocat - Modifié le 05-06-2019

Tous les fonds sur un compte joint sont-ils saisissables ? La charge de la preuve de la propriété des fonds portés au crédit du compte joint saisi incombe au créancier saisissant ou au cotitulaire dudit compte qui conteste la saisie ?

La procédure de saisie-attribution est une procédure civile d’exécution forcée sur les comptes bancaires d’une personne débitrice d’une dette vis-à-vis d’un créancier.

Cette mesure permet ainsi à un créancier muni d’un titre exécutoire de saisir entre les mains d’un tiers le montant de la dette de son débiteur et ainsi de se faire payer par le biais d’une personne interposée.

Le titre exécutoire est en pratique soit une décision de justice de condamnation soit un acte notarié revêtu de la formule exécutoire (dénommé acte authentique). 

Concrètement, grâce à ce titre, un créancier peut demander à tout huissier de justice de saisir les comptes bancaires de son débiteur.

A cet égard, l’huissier dispose d’un droit d’accès au fichier des comptes bancaires (FICOBA) qui lui permet de savoir dans quelle banque le débiteur a ses comptes.

En cas de compte joint, l’huissier de justice doit respecter un formalisme particulier.

En effet, il doit alors porter à la connaissance de chacun des titulaires du compte la mesure de saisie afin de permettre à la personne non débitrice d’obtenir la mainlevée de la saisie portant sur ses propres fonds, conformément aux dispositions de l’article R211-22 code de procédure civile. 

La Cour de cassation précise que « dans le cas d’un compte joint, cet établissement étant débiteur de la totalité du solde de ce compte à l’égard de chacun de ses cotitulaires, l’effet attributif de la saisie s’étend, sous réserve des règles propres aux régimes matrimoniaux entre époux, à la totalité du solde créditeur, sauf pour le débiteur saisi ou le cotitulaire du compte, avisé de la saisie, à établir que ce solde est constitué de fonds provenant de ce dernier, en vue de les exclure de l’assiette de la saisie » (Cass. Civ. 2ème, 21 mars 2019 n°18-10.408)

En l’espèce, à la suite d’une condamnation à payer diverses dettes, un créancier a fait procéder à la saisie-attribution des comptes bancaires ouverts au nom du débiteur auprès de l’établissement de crédit qui détient ses comptes. 

Le débiteur a assigné son créancier devant le juge de l’exécution afin de contester la saisie-attribution pratiquée.

Le 21 mars 2019, les juges de la Cour de cassation ont posé le principe selon lequel « dans le cas d’un compte joint, cet établissement étant débiteur de la totalité du solde de ce compte à l’égard de chacun de ses cotitulaires, l’effet attributif de la saisie s’étend, sous réserve des règles propres aux régimes matrimoniaux entre époux, à la totalité du solde créditeur, sauf pour le débiteur saisi ou le cotitulaire du compte, avisé de la saisie, à établir que ce solde est constitué de fonds provenant de ce dernier, en vue de les exclure de l’assiette de la saisie » (Cass. Civ. 2ème, 21 mars 2019, RG n°18-10.408)

Il découle de cette décision qu’il incombe au cotitulaire du compte joint qui fait l’objet d’une saisie-attribution d’établir que les fonds se trouvant sur le compte joint objet de la saisie-attribution lui appartiennent en propre pour pouvoir obtenir une mainlevée de la saisie afin d’exclure ses fonds de l’assiette de la saisie

Ainsi, la charge de la preuve de la propriété des fonds portés au crédit du compte joint ne repose pas sur le créancier à l’origine de la mesure de saisie-attribution mais sur le titulaire du compte.

Par conséquent, à chaque fois que des fonds saisis proviennent de l’un des co-titulaires d’un compte joint, ce dernier pourra obtenir l’annulation de la saisie pratiquée en prouvant que ces fonds lui appartiennent.

Anthony Bem

Avocat à la Cour

Source

Commenter cet article




Je souhaite être prévenu(e) des nouvelles contributions publiées sur ce sujet

Voir les conditions générales d'utilisation

Ces informations, nécessaires au traitement de votre demande, sont destinées au Juritravail et à la société WENGO SAS. Conformément à la loi relative aux fichiers, à l'informatique et aux libertés, vous bénéficiez d'un droit d'opposition, d'accès et de rectification des informations par mail à info@juritravail.com

Maître Anthony BEM

Maître Anthony BEM

Avocat au Barreau de PARIS

  • Droit du Travail Salarié
  • - Droit des Employeurs - Droit Social
  • - Droit Représentant du Personnel : CSE, CE, DP, Syndicat, CHSCT
  • - Droit des Sociétés - Création Entreprise - Cessation Activité
  • - Droit Commercial
  • - Propriété intellectuelle, web & NTIC
  • - Droit de la Famille - Divorce
  • - Droit de l'Immobilier et de la Construction
  • - Droit Pénal
  • - Droit de la Consommation
  • - Droit des Assurances
  • - Droit Public
  • - Droit Routier, permis de conduire et automobile
  • - Droit International
  • - Droit de la Santé
  • - Droit Bancaire
  • - Droit des Transports
  • - Droit de la presse, image & publicité
  • - Droit de l'Environnement
  • - Droit du Sport
  • - Procédure Judiciaire
  • - Droit de la Protection Sociale

Me contacter

Publicité



30 000 professionnels MyBestPro disponibles sur :


© 2003 - 2019 JuriTravail tous droits réservés